SEO On-Page : Booster votre référencement naturel grâce au contenu

SEO On-Page : Booster votre référencement naturel grâce au contenu
25 juillet 2019 Guillaume Beaurepaire
In Guide SEO
one page seo

Maintenant que vous savez comment les internautes vous recherchent, il est temps de se plonger dans le SEO On-Page, la pratique SEO qui correspond à l’optimisation des contenus présents sur les pages que l’on souhaite positionner favorablement dans les moteurs de recherche. Le SEO On-page est multiforme, et s’étend au-delà du contenu. Il prend notamment en compte les balises Meta Title, Meta Description, ou encore les balises de niveau H. Nous verrons cela plus en détail dans le prochain chapitre sur l’optimisation technique. Pour l’instant, mettez vos chapeaux d’orfèvre, c’est le moment de créer votre contenu !

1. Créer votre contenu

Appliquez votre recherche de mots clés

Dans le dernier chapitre, nous avons appris des méthodes pour découvrir comment votre public cible recherche votre contenu. Maintenant, il est temps de mettre cette recherche en pratique. Voici un aperçu simple à suivre pour appliquer votre recherche par mot clé :

  1. Examinez vos mots clés et regroupez ceux qui ont des sujets et des intentions similaires. Ces groupes constitueront vos pages plutôt que de créer des pages individuelles pour chaque variante de mot clé.
  2. Si vous ne l’avez pas déjà fait, évaluez le SERP (search engine result page = page de résultats des moteurs de recherche) pour chaque mot-clé ou groupe de mots-clés afin de déterminer le type et le format de votre contenu. Examiner les pages de la SERP vous permettra de dégager certaines tendances :
    1. Les pages sont-elles lourdes en images ou en vidéo ?
    2. Le contenu est-il long ou concis ?
    3. Le contenu est-il formaté en listes, puces ou paragraphes ?
  3. Posez-vous la question suivante : “Quelle valeur unique pourrais-je offrir pour améliorer ma page par rapport aux pages actuellement classées pour mon mot clé ?”

Le SEO On-Page vous permet de transformer vos recherches en contenu que votre public cible va adorer. Assurez-vous simplement d’éviter de tomber dans le piège de la tactique à faible valeur ajoutée qui pourraient vous faire plus de mal que de bien !

Les tactiques de faible valeur à éviter

Votre contenu web doit exister pour répondre aux questions des internautes, pour les guider à travers votre site et pour les aider à comprendre l’objectif de votre site. Le contenu ne doit pas être créé dans le seul but d’être bien classé dans les moteurs de recherche. Le classement est un moyen d’atteindre une fin, l’objectif étant d’aider les internautes. Si nous mettez la charrue avant les boeufs, vous risquez de tomber dans le piège des tactiques de contenu à faible valeur ajoutée.

Certaines de ces tactiques ont été introduites dans le chapitre 2, mais en guise de révision, plongeons plus profondément dans quelques tactiques de faible valeur que vous devriez éviter lors de la création de contenu optimisé pour les moteurs de recherche :

  1. Le contenu mince
  2. Le contenu dupliqué
  3. Le cloaking
  4. Le bourrage de mots clés
  5. Le contenu généré automatiquement

Le contenu mince

Alors qu’il est courant pour un site Web d’avoir des pages uniques sur différents sujets, une stratégie de contenu plus ancienne était de créer une page pour chaque itération de vos mots-clés afin de les classer en première page.

Par exemple, si vous vendiez des robes de mariée, vous auriez pu créer des pages individuelles pour les robes de mariée, les tenues de mariée et les robes de mariage, même si chaque page disait essentiellement la même chose. Une tactique similaire pour les entreprises ayant une implantation locale consistait à créer plusieurs pages de contenu pour chaque ville ou région dont elles voulaient des clients. Ces “pages géographiques” avaient souvent un contenu identique ou très similaire, le nom de l’emplacement étant le seul facteur unique de changement.

De telles tactiques n’étaient clairement pas utiles pour les utilisateurs, alors pourquoi les éditeurs l’ont-ils fait ? Google n’a pas toujours été aussi bon qu’aujourd’hui pour comprendre les relations entre les mots et les phrases (ou sémantiques). Donc, si vous vouliez vous classer à la page 1 pour les “robes de mariée” mais que vous n’aviez qu’une page sur les “tenues de mariée”, cela n’aurait peut-être pas été suffisant.

Cette pratique a créé des tonnes de contenu de faible qualité sur le Web, que Google a abordé spécifiquement avec sa mise à jour 2011 connue sous le nom de Panda. Cette mise à jour de l’algorithme a pénalisé les pages de mauvaise qualité, ce qui a fait en sorte qu’un plus grand nombre de pages de qualité ont pris la première place des SERPs. Google continue d’itérer sur ce processus de rétrogradation de contenu de mauvaise qualité et de promotion de contenu de haute qualité aujourd’hui.

Google est clair sur le fait que vous devriez avoir une page complète sur un sujet au lieu de plusieurs pages plus faibles pour chaque variation d’un mot-clé.

Le contenu dupliqué

Comme cela peut paraître, “le contenu dupliqué” fait référence au contenu qui est partagé entre domaines ou entre plusieurs pages d’un même domaine. Le contenu ” scrapé ” va un peu plus loin et implique l’utilisation flagrante et non autorisée de contenu provenant d’autres sites. Il peut s’agir de prendre le contenu tel quel et de le republier tel quel, ou de le modifier légèrement avant de le republier, sans ajouter de contenu original ou de valeur.

Il existe de nombreuses raisons légitimes pour le contenu en double interne ou interdomaine, c’est pourquoi Google encourage l’utilisation d’une balise rel=canonical pour pointer vers la version originale du contenu Web. Bien que vous n’ayez pas encore besoin de connaître cette balise, la chose principale à noter pour le moment est que votre contenu doit être unique en mots et en valeur.

Cloaking

Un principe de base des directives des moteurs de recherche est de montrer le même contenu aux robots d’exploration du moteur que celui que vous montreriez à un visiteur humain. Cela signifie que vous ne devez jamais cacher du texte dans le code HTML de votre site Web qu’un visiteur normal ne peut pas voir.

Lorsque cette directive n’est pas respectée, les moteurs de recherche l’appellent “occultation” et prennent des mesures pour empêcher ces pages d’être classées dans les résultats de recherche. Le camouflage peut s’effectuer de nombreuses façons et pour diverses raisons, tant positives que négatives.

Dans certains cas, Google peut laisser passer des pratiques qui sont techniquement occultantes parce qu’elles contribuent à une expérience utilisateur positive.

Le bourrage de mots-clés

Beaucoup de gens pensent à tort que si vous incluez un mot-clé dans le contenu de votre page X fois, vous serez automatiquement bien classé pour cela. Cela est faux. Bien que Google recherche des mentions de mots-clés et des concepts connexes sur les pages de votre site, la page elle-même doit ajouter de la valeur en dehors de l’utilisation de mots-clés purs. Si une page a de la valeur pour les utilisateurs, elle n’aura pas l’air d’avoir été écrite par un robot, alors intégrez vos mots-clés et vos phrases de façon naturelle et compréhensible pour vos lecteurs.

Contenu généré automatiquement

L’une des formes les plus choquantes de contenu de mauvaise qualité est sans doute celle qui est autogénérée ou créée par un programme informatique dans l’intention de manipuler les classements de recherche et de ne pas aider les utilisateurs. Vous reconnaîtrez peut-être certains contenus autogénérés par le peu de sens qu’ils ont lorsqu’ils sont lus – ce sont techniquement des mots, mais qui sont reliés entre eux par un programme informatique plutôt que par un être humain.

Il convient de noter que les progrès de l’apprentissage automatique ont contribué à l’élaboration d’un contenu auto-généré plus sophistiqué qui ne fera que s’améliorer avec le temps. Dans les directives de qualité de Google sur le contenu généré automatiquement, Google indique spécifiquement qu’il risque d’intervenir si le contenu est destiné à manipuler les moteurs de recherche plutôt que d’aider les internautes.

Que faire à la place ? Du contenu unique et de qualité !

Il n’y a pas de “sauce secrète” au classement dans les résultats de recherche. Google classe les pages par ordre d’importance parce qu’il a déterminé qu’il s’agit des meilleures réponses aux questions de l’utilisateur. Dans les moteurs de recherche d’aujourd’hui, il ne suffit pas que votre page ne soit pas dupliquée, spamming, ou brisée. Votre page doit fournir de la valeur aux chercheurs et être meilleure que toute autre page que Google sert actuellement de réponse à une requête particulière. Voici une formule simple pour la création de contenu :

  • Recherchez le(s) mot(s) clé(s) pour lequel(lesquels) vous voulez que votre page soit classée.
  • Identifier les pages qui sont les mieux classées pour ces mots-clés
  • Déterminer les qualités de ces pages
  • Créez du contenu à plus forte valeur ajoutée

Si vous créez une page sur un mot-clé qui est plus qualitative que les pages affichées dans les résultats de recherche (pour ce même mot-clé), Google vous récompensera pour cela, et mieux encore, vous obtiendrez naturellement des liens vers lui ! La création d’un contenu de qualité est un travail ardu, mais rapportera des résultats dans le trafic organique.

Rappelez-vous qu’il n’y a pas de chiffre magique quand il s’agit de mots sur une page. Ce que vous devriez viser, c’est ce qui satisfait suffisamment l’intention de l’utilisateur. Chez Café SEO, nous vous recommandons de créer environ 350 mots pour des pages produits, 550 mots pour des pages stratégiques et environ 800 mots pour des articles de blog.

Note à l’intention des entreprises locales

Si vous êtes une entreprise qui communique en personne avec vos clients, assurez-vous d’inclure le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de votre entreprise de façon visible, précise et constante dans le contenu de votre site. Ces informations sont souvent affichées dans le pied de page ou l’en-tête d’un site Web d’une entreprise locale, ainsi que sur toute page “contactez-nous”. Vous voudrez également baliser ces informations à l’aide d’un schéma de gestion local. Le schéma et les données structurées sont discutés plus en détail dans la section “Autres optimisations” de ce chapitre.

Si vous êtes une entreprise multi-sites, il est préférable de créer des pages uniques et optimisées pour chaque site. Par exemple, une entreprise qui a des bureaux à Orléans, Tours et Paris devrait envisager d’avoir une page pour chacun :

  • monsite.com/orleans
  • monsite.com/tours
  • monsite.com/paris

Chaque page devrait être optimisée de façon unique pour cet emplacement, afin que la page d’Orléans ait un contenu unique discutant de l’emplacement d’Orléans, énumérant les services proposés spéciqfiquement à Orléans, et même des témoignages spécifiques des clients d’Orléans. S’il y a des douzaines, des centaines ou même des milliers d’emplacements, un widget de localisation de magasin pourrait être utilisé pour vous aider à évoluer.

Local vs national vs international vs international

Rappelez-vous simplement que toutes les entreprises n’opèrent pas au niveau local et n’effectuent pas ce que nous appelons le “SEO local”. Certaines entreprises veulent attirer des clients au niveau national (ex : l’ensemble de la France) et d’autres veulent attirer des clients de plusieurs pays (“international SEO”). Prenons le site web de Café SEO, par exemple. Notre gamme de service en SEO n’est pas lié à un endroit spécifique, alors que celui d’un café l’est, puisque les clients doivent se rendre sur place pour obtenir leur petit noir.

Dans ce scénario, le café devrait optimiser son site web en fonction de son emplacement physique, tandis que l’agence “Café SEO” ciblerait “Audit SEO” sans un modificateur spécifique comme “Orléans”.

La façon dont vous choisissez d’optimiser votre site dépend en grande partie de votre public, alors assurez-vous de les avoir à l’esprit lors de la création du contenu de votre site Web.

J’espère qu’il vous reste encore un peu d’énergie après avoir parcouru ces premières lignes, parce qu’il reste encore des choses à faire avant que votre page soit complètement optimisé ! Dans les sections suivantes, nous parlerons des autres optimisations dont vos pages ont besoin, ainsi que du nom et de l’organisation de votre contenu.

2. Les autres optimisations dont vos pages ont besoin

Après avoir lu cette section, vous comprendrez d’autres éléments importants de la page qui aident les moteurs de recherche à comprendre le contenu que vous venez de créer. C’est parti !

Balises Hn

Les balises d’en-tête sont un élément HTML utilisé pour désigner des en-têtes sur votre page. La balise d’en-tête principale, appelée H1, est généralement réservée au titre de la page. Cela ressemble à ceci :

<h1> Titre de ma page </ h1>

Il existe également des sous-titres allant des balises H2 aux balises H6, bien que leur utilisation sur une page ne soit pas obligatoire. La hiérarchie des balises d’en-tête va de H1 à H6 par ordre décroissant d’importance.

Chaque page doit avoir une balise H1 unique qui décrit le sujet principal de la page, elle est souvent créée automatiquement à partir du titre d’une page. En tant que titre descriptif principal de la page, la balise H1 doit contenir le mot-clé ou l’expression principale de cette page. Évitez d’utiliser des balises d’en-tête pour marquer des éléments tels que des boutons de navigation ou encore des numéros de téléphone.

Prenez la ville d’Orléans pour exemple :

  • <h1> Guide d’Orléans </ h1>
  • <h2> Les événements à ne pas manquer </ h2>
  • <h3> Festival de Loire </ h3>
  • <h3> Les fêtes de Jeanne d’Arc </ h3>

Le sujet principal de la page est présenté dans l’en-tête principal <h1> et chaque en-tête supplémentaire est utilisé pour introduire un nouveau sous-sujet. Dans cet exemple, le <h2> est plus spécifique que le <h1> et les balises <h3> sont plus spécifiques que le <h2>. Ceci est juste un exemple d’une structure que vous pourriez utiliser.

Bien que les moteurs de recherche puissent utiliser ce que vous choisissez de mettre dans vos balises d’en-tête pour évaluer et classer votre page, il est important d’éviter de gonfler leur importance. Les balises d’en-tête sont l’un des nombreux facteurs de référencement sur la page, et n’amélioraient pas autant votre référencement naturel comme le feraient des backlinks et du contenu de qualité, alors concentrez-vous sur les visiteurs de votre site lors de la création de vos en-têtes.

Liens internes

Au chapitre 2, nous avons discuté de l’importance d’un site Web facilement explorable. Une partie de la capacité d’exploration d’un site Web réside dans sa structure de liens interne. Lorsque vous créez un lien vers d’autres pages de votre site Web, vous vous assurez que les robots des moteurs de recherche peuvent trouver toutes les pages de votre site, vous transmettez l’équité du lien (puissance de classement) à d’autres pages de votre site et vous aidez les visiteurs à naviguer sur votre site.

Lien accessibilité

Les liens qui nécessitent un clic (comme un menu déroulant de navigation à afficher) sont souvent masqués aux robots d’exploration des moteurs de recherche. Par conséquent, si les seuls liens vers les pages internes de votre site Web utilisent ces types de liens, vous aurez peut-être du mal à les indexer. Optez plutôt pour des liens directement accessibles sur la page.

Texte d’ancrage

Le texte d’ancrage est le texte avec lequel vous créez un lien vers des pages. Ci-dessous, vous pouvez voir un exemple de ce à quoi ressemblerait un hyperlien sans texte d’ancrage et un hyperlien avec du texte d’ancrage dans le code HTML.

<a href=”http://www.example.com/”> </a>

<a href=”http://www.example.com/” title=”Keyword Text”> Texte du mot clé </a>

Sur la vue en direct, cela ressemblerait à ceci:

http://www.example.com/

Texte du mot clé

Le texte d’ancrage envoie des signaux aux moteurs de recherche concernant le contenu de la page de destination. Par exemple, si je crée un lien vers une page de mon site en utilisant le texte d’ancrage « apprendre le référencement », c’est un bon indicateur pour les moteurs de recherche que la page ciblée est une page sur laquelle les gens peuvent en apprendre davantage sur le référencement. Attention toutefois à ne pas en faire trop. Un trop grand nombre de liens internes utilisant le même texte d’ancrage contenant des mots clés peut apparaître aux moteurs de recherche pour lesquels vous essayez de manipuler le classement d’une page. Il est préférable de rendre le texte d’ancrage naturel plutôt que d’une formule.

Volume du lien

Dans les directives générales pour les webmasters de Google , ils disent de “limiter le nombre de liens sur une page à un nombre raisonnable (quelques milliers au plus)”. Cela fait partie des directives techniques de Google, plutôt que de la section des recommandations pour la qualité. Les liens internes ne sont pas, à eux seuls, susceptibles de vous pénaliser, mais ils affectent la manière dont Google trouve et évalue vos pages.

Plus il y a de liens sur une page, moins chaque lien peut être affecté à sa page de destination. Une page a seulement tellement d’équité à parcourir.

Il est donc prudent de dire que vous ne devriez créer de lien que lorsque vous le pensez vraiment ! Vous pouvez en apprendre davantage sur l’équité des liens auprès de notre centre de formation en référencement.

Outre le transfert de l’autorité entre les pages, un lien constitue également un moyen d’aider les utilisateurs à accéder aux autres pages de votre site. Il s’agit d’un cas où faire ce qu’il y a de mieux pour les moteurs de recherche, c’est aussi faire ce qui est le mieux pour les chercheurs. Trop de liens non seulement diluent l’autorité de chaque lien, mais ils peuvent aussi être inutiles et accablants. Réfléchissez à ce qu’un internaute pourrait penser d’atterrir sur une page qui ressemble à ceci :

Bienvenue sur notre site de jardinage ! Nous avons de nombreux articles sur le jardinage , comment jardiner , et des conseils utiles sur les herbes , les fruits , les légumes , les vivaces et les annuelles . En savoir plus sur le jardinage à partir de notre blog de jardinage .

Ouf! Non seulement cela prend beaucoup de liens à traiter, mais il se lit également de manière peu naturelle et ne contient pas beaucoup de substance (ce qui pourrait être considéré comme du “contenu fin” par Google). Concentrez-vous sur la qualité et aidez vos utilisateurs à naviguer sur votre site. Vous n’aurez probablement pas à vous soucier de trop de liens.

La redirection

Supprimer et renommer des pages est une pratique courante, mais si vous déplacez une page, veillez à mettre à jour les liens vers cette ancienne URL! Au minimum, vous devez vous assurer de rediriger l’URL vers son nouvel emplacement, mais si possible, mettez à jour tous les liens internes vers cette URL à la source afin que les utilisateurs et les robots d’exploration ne soient pas obligés de suivre les redirections pour se rendre à la destination. page. Si vous choisissez uniquement de rediriger les messages, veillez à éviter les chaînes de redirection trop longues ( Google: “Evitez de chaîner les redirections … limitez le nombre de redirections dans la chaîne, idéalement pas plus de 3 et moins de 5”).

Exemple de chaîne de redirection:

(emplacement d’origine du contenu) example.com/location1 →

example.com/location2 →

(emplacement actuel du contenu) example.com/location3

 

Meilleur:

example.com/location1 → example.com/location3

Optimisation de l’image

Les images sont les plus grands coupables de pages Web lentes! La meilleure façon de résoudre ce problème consiste à compresser vos images. Bien qu’il n’y ait pas de one-size-fits-all en matière de compression d’images, de tester différentes options comme « Enregistrer pour le Web, » taille d’image et des outils de compression comme Optimizilla ou ImageOptim pour (ou Mac alternatives de Windows ), ainsi que l’ évaluation Ce qui fonctionne le mieux, c’est le chemin à parcourir.

Un autre moyen d’aider à optimiser vos images (et à améliorer la vitesse de votre page) consiste à choisir le bon format d’image.

Comment choisir le format d’image à utiliser:

  • Si votre image nécessite une animation, utilisez un fichier GIF.
  • Si vous n’avez pas besoin de conserver une résolution d’image élevée, utilisez le format JPEG (et testez différents paramètres de compression).
  • Si vous devez conserver une résolution d’image élevée, utilisez le format PNG.
    • Si votre image a beaucoup de couleurs, utilisez PNG-24.
    • Si votre image n’a pas beaucoup de couleurs, utilisez PNG-8.

En savoir plus sur le choix des formats d’image dans le guide d’optimisation des images de Google .

Il existe différentes manières de garder les visiteurs sur une page à chargement semi-lent en utilisant des images qui produisent une boîte de couleur ou une version très floue / basse résolution tout en offrant un rendu permettant aux visiteurs de sentir que le chargement est plus rapide. Nous discuterons de ces options plus en détail au chapitre 5.

Alt text

Le texte alternatif (texte alternatif) dans les images est un principe d’accessibilité Web et est utilisé pour décrire des images aux malvoyants via des lecteurs d’écran. Il est important de disposer de descriptions textuelles alternatives afin que toute personne ayant une déficience visuelle puisse comprendre ce que les images de votre site Web décrivent.

Les robots des moteurs de recherche explorent également le texte de remplacement pour mieux comprendre vos images, ce qui vous donne l’avantage supplémentaire de fournir un meilleur contexte d’image aux moteurs de recherche. Assurez-vous simplement que vos descriptions d’alt se lisent naturellement pour les utilisateurs et évitez de bourrer les mots-clés des moteurs de recherche.

Mal : <img src = “grumpycat.gif” alt = “chat grincheux, le chat est grincheux, gif chat”>

Bien : <img src = “grumpycat.gif” alt = “Un chat noir qui a l’air très grincheux devant un gros chien tacheté”>

Soumettre une image sitemap

Pour vous assurer que Google peut analyser et indexer vos images, envoyez un sitemap pour images dans votre compte Google Search Console. Cela aide Google à découvrir les images qu’ils auraient peut-être manquées.

Formatage pour la lisibilité et extraits sélectionnés

Votre page peut contenir le meilleur contenu jamais écrit sur un sujet, mais s’il est mal formaté, il est possible que votre public ne le lise jamais! Bien que nous ne puissions jamais garantir que les visiteurs liront notre contenu, certains principes peuvent en faciliter la lecture, notamment:

  • Taille et couleur du texte – Évitez les polices trop petites. Google recommande l’utilisation d’une police de 16 points minimum pour minimiser le besoin de «pincer et zoomer» sur un mobile. La couleur du texte par rapport à la couleur d’arrière-plan de la page devrait également favoriser la lisibilité. Des informations supplémentaires sur le texte sont disponibles dans les consignes d’accessibilité du site Web et dans les bases de l’accessibilité de Google .
  • Titres – Diviser votre contenu avec des titres utiles peut aider les lecteurs à naviguer dans la page. Ceci est particulièrement utile sur les longues pages où un lecteur peut rechercher uniquement des informations d’une section particulière.
  • Points de puces – Idéal pour les listes, les points de puces peuvent aider les lecteurs à parcourir plus rapidement et plus rapidement les informations dont ils ont besoin.
  • Sauts de paragraphe – En évitant les murs de texte, vous évitez les abandons de page et encouragez les visiteurs à lire davantage de votre page.
  • Support média – Si nécessaire, incluez des images, des vidéos et des widgets pour compléter votre contenu.
  • Caractères gras et italiques pour souligner – Mettre des mots en gras ou en italique peut ajouter du caractère, ils devraient donc être l’exception et non la règle. Une utilisation appropriée de ces options de formatage peut rappeler des points importants que vous souhaitez communiquer.

Le formatage peut également affecter la capacité de votre page à s’afficher dans les extraits décrits, les résultats de la « position 0 » qui apparaissent au-dessus du reste des résultats organiques.

Un exemple d’extrait en vedette figurant dans la “position 0” en haut d’un SERP.

Vous ne pouvez pas ajouter de code spécial à votre page pour s’afficher ici, ni payer pour cet emplacement, mais prendre note de l’intention de la requête peut vous aider à mieux structurer votre contenu pour les extraits sélectionnés . Par exemple, si vous essayez de classer “gâteau par rapport à un gâteau”, il peut être judicieux d’inclure un tableau dans votre contenu, avec les avantages du gâteau dans une colonne et ceux de la tarte dans l’autre. Ou si vous essayez de vous classer parmi les « meilleurs restaurants à essayer à Portland», cela pourrait indiquer que Google souhaite une liste. Par conséquent, le formatage de votre contenu en puces pourrait vous aider.

La balise Meta Title

La balise title d’ une page est un élément HTML descriptif qui spécifie le titre d’une page Web particulière. Ils sont imbriqués dans la balise head de chaque page et se présentent comme suit:

<tête>

<title> Exemple Title </ title>

</ head>

Chaque page de votre site Web doit avoir une balise de titre descriptive unique. Ce que vous saisissez dans votre champ de balise de titre apparaîtra ici dans les résultats de recherche, même si dans certains cas, Google peut ajuster le mode d’affichage de votre balise de titre dans les résultats de recherche.

Il peut également apparaître dans les navigateurs Web…

Ou lorsque vous partagez le lien vers votre page sur certains sites Web externes…

Votre balise de titre a un rôle important à jouer dans la première impression de votre site Web par les internautes. Il s’agit d’un outil extrêmement efficace pour attirer les internautes sur votre page plutôt que sur tout autre résultat du SERP. Plus votre balise de titre est convaincante, combinée à un classement élevé dans les résultats de recherche, plus vous attirerez de visiteurs sur votre site Web. Cela souligne que le référencement ne concerne pas uniquement les moteurs de recherche, mais plutôt l’ensemble de l’expérience utilisateur.

Qu’est-ce qui rend une balise de titre efficace ?

  • Utilisation de mots clés : le fait que votre mot clé cible figure dans le titre peut aider à la fois les utilisateurs et les moteurs de recherche à comprendre en quoi consiste votre page. En outre, plus vos mots clés sont proches de la balise de titre, plus l’utilisateur sera susceptible de les lire (et, espérons-le, de cliquer), et plus ils seront utiles pour le classement.
  • Longueur : en moyenne, les moteurs de recherche affichent les 50 à 60 premiers caractères (environ 512 pixels) d’une balise de titre dans les résultats de recherche. Si votre balise de titre dépasse les caractères autorisés sur cette SERP, un point de suspension “…” apparaîtra à l’endroit où le titre a été coupé. Bien que s’en tenir à 50–60 caractères soit sûr, ne sacrifiez jamais la qualité pour un décompte strict des caractères. Si vous ne pouvez pas réduire votre balise de titre à 60 caractères sans nuire à sa lisibilité, continuez plus longtemps (dans les limites du raisonnable).
  • Stratégie de marque : Chez Moz, nous aimons terminer nos balises de titre avec une mention de marque car cela favorise la notoriété de la marque et crée un taux de clic plus élevé parmi les personnes familiarisées avec Moz. Parfois, il est judicieux de placer votre marque au début de la balise de titre, par exemple sur votre page d’accueil, mais gardez à l’esprit ce que vous essayez de classer et rapprochez ces mots vers le début de votre balise de titre.

La balise Méta description

Comme les balises de titre, les méta-descriptions sont des éléments HTML décrivant le contenu de la page sur laquelle elles se trouvent. Ils sont également imbriqués dans la balise head et ressemblent à ceci :

<tête>

<meta name = ”description” content = ”Description de la page ici.” />

</ head>

Ce que vous entrez dans le champ de description apparaîtra ici dans les résultats de recherche :

 

Par exemple, si vous recherchez “rechercher des backlinks”, Google fournira cette méta-description, car elle le jugera plus pertinent pour la recherche en question :

 

Alors que la méta description actuelle est :

 

Cela aide souvent à améliorer vos méta descriptions pour des recherches uniques. Cependant, ne vous laissez pas décourager par l’écriture d’une méta-description de page par défaut – elles sont toujours extrêmement utiles.

Qu’est-ce qui fait une méta description efficace ?

Les qualités qui font une balise de titre efficace s’appliquent également aux méta-descriptions efficaces. Bien que Google indique que les méta-descriptions ne constituent pas un facteur de classement, à l’instar des balises de titre, elles sont extrêmement importantes pour le taux de clic.

  • Pertinence : les méta-descriptions doivent être très pertinentes pour le contenu de votre page. Elles doivent donc résumer votre concept clé sous une forme ou une autre. Vous devez donner au chercheur suffisamment d’informations pour savoir qu’il a trouvé une page suffisamment pertinente pour répondre à la question posée, sans divulguer une quantité d’informations suffisante pour qu’il ne soit plus nécessaire de cliquer sur votre page Web.
  • Longueur : les moteurs de recherche ont tendance à tronquer les méta-descriptions à environ 155 caractères. Il est préférable d’écrire des méta-descriptions de 150 à 300 caractères. Sur certaines SERP, vous remarquerez que Google donne beaucoup plus d’immobilier aux descriptions de certaines pages. Cela se produit généralement pour les pages Web classées juste en dessous d’un extrait sélectionné.

3. Structure des URLs : nommer et organiser vos pages

URL signifie Uniform Resource Locator. Les URL sont l’emplacement ou l’adresse de chaque élément de contenu sur le Web. Comme les balises de titre et les méta descriptions, les moteurs de recherche affichent les URLs sur les SERPs, de sorte que le nommage et le format des URLs peuvent avoir un impact sur les taux de click-through. Non seulement les moteurs de recherche les utilisent pour prendre des décisions sur les pages Web sur lesquelles cliquer, mais les URL sont également utilisées par les moteurs de recherche pour évaluer et classer les pages.

Effacer le nom de la page

Les moteurs de recherche ont besoin d’URL uniques pour chaque page de votre site Web afin de pouvoir afficher vos pages dans les résultats de recherche, mais une structure et un nom d’URL clairs sont également utiles aux personnes qui essaient de comprendre ce qu’est une URL spécifique. Par exemple, quelle URL est la plus claire ?

exemple.com/desserts/tartes au chocolat

ou

exemple.com/asdf/453?=recette-23432-1123

Les chercheurs sont plus enclins à cliquer sur les URL qui renforcent et clarifient l’information contenue dans cette page, et moins enclins à cliquer sur les URL qui les embrouillent.

L’URL est un signal de classement mineur, mais vous ne pouvez pas vous attendre à classer en fonction des mots de votre nom de domaine/page seulement (voir la mise à jour Google EMD). Lorsque vous nommez vos pages ou choisissez un nom de domaine, pensez d’abord à votre public.

Organisation de la page

Si vous discutez de plusieurs sujets sur votre site Web, vous devriez également vous assurer d’éviter d’imbriquer des pages sous des dossiers non pertinents. Par exemple :

exemple.com/commercial-litigation/alimony
Il aurait été préférable pour ce site web fictif d’un cabinet d’avocats multi-cabinet d’emboîter les pensions alimentaires sous “/family-law/” plutôt que de les héberger sous la section “/commercial-litige/” non pertinente du site.

Les dossiers dans lesquels vous localisez votre contenu peuvent également envoyer des signaux concernant le type, et pas seulement le sujet, de votre contenu. Par exemple, les URL datées peuvent indiquer un contenu sensible au facteur temps. Bien qu’elles soient appropriées pour les sites Web d’actualités, les URL datées pour les contenus à contenu permanent peuvent en fait repousser les internautes parce que l’information semble désuète. Par exemple :

exemple.com/2015/avril/what-is-seo/

vs.

exemple.com/what-is-seo/

Puisque le sujet “Qu’est-ce que le référencement ? n’est pas limité à une date précise, il est préférable d’héberger sur une structure d’URL non datée, sinon vos informations risquent de paraître périmées.

Comme vous pouvez le voir, ce que vous nommez vos pages, et dans quels dossiers vous choisissez d’organiser vos pages, est un moyen important de clarifier le sujet de votre page aux utilisateurs et aux moteurs de recherche.

La longueur de l’URL

Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir une structure d’URL complètement plate, de nombreuses études sur le taux de clics indiquent que, lorsqu’on leur donne le choix entre une URL et une URL plus courte, les chercheurs préfèrent souvent les URL courtes. Comme les balises de titre et les méta descriptions qui sont trop longues, les URL trop longues seront également coupées avec une ellipse. Rappelez-vous simplement qu’il est tout aussi important d’avoir une URL descriptive, alors ne réduisez pas la longueur de l’URL si cela signifie sacrifier la descriptivité de l’URL.

exemple.com/services/plomberie/plomberie/réparation de plomberie/toilettes/fuites/

vs.

exemple.com/plomberie-réparation/toilettes/

Minimiser la longueur, à la fois en incluant moins de mots dans les noms de vos pages et en supprimant les sous-dossiers inutiles, rend vos URL plus faciles à copier et à coller, ainsi que plus faciles à cliquer.

Mots-clés dans l’URL

Si votre page cible un terme ou une expression spécifique, assurez-vous de l’inclure dans l’URL. Toutefois, n’allez pas trop loin en essayant d’empaqueter dans plusieurs mots-clés pour des raisons purement SEO. Il est également important de faire attention aux mots-clés qui se répètent dans les différents sous-dossiers. Par exemple, vous avez peut-être naturellement incorporé un mot-clé dans le nom d’une page, mais s’il se trouve dans d’autres dossiers qui sont également optimisés avec ce mot-clé, l’URL pourrait commencer à apparaître sous forme de mots-clés.

Exemple :

exemple.com/seattle-dentist/dental-services/dental-services/dental-crowns/
La surutilisation des mots-clés dans les URLs peut sembler spammeuse et manipulatrice. Si vous n’êtes pas sûr si l’utilisation de votre mot-clé est trop agressive, lisez simplement votre URL à travers les yeux d’un chercheur et demandez : “Est-ce que cela semble naturel ? Est-ce que je cliquerais là-dessus ?”

URL statiques

Les meilleures URL sont celles qui peuvent être facilement lues par les humains, vous devriez donc éviter d’utiliser trop de paramètres, de chiffres et de symboles. En utilisant des technologies comme mod_rewrite pour Apache et ISAPI_rewrite pour Microsoft, vous pouvez facilement transformer des URL dynamiques comme celle-ci :

http://moz.com/blog?id=123
dans une version statique plus lisible comme celle-ci :

https://moz.com/google-algorithm-change

Traits d’union pour la séparation des mots

Toutes les applications Web n’interprètent pas avec précision les séparateurs comme les traits de soulignement (_), les signes plus (+) ou les espaces (%20). Les moteurs de recherche ne comprennent pas non plus comment séparer les mots dans les URL lorsqu’ils fonctionnent ensemble sans séparateur (exemple.com/optimizefeaturedsnippets/). Utilisez plutôt le trait d’union (-) pour séparer les mots dans une URL.

Sensibilité à la casse

Les sites doivent éviter les URL sensibles à la casse. Au lieu de example.com/desserts/Chocolate-Pie-Recipe, il serait préférable d’utiliser example.com/desserts/chocolate-pie-recipe. Si le site sur lequel vous travaillez a beaucoup d’URL mixtes indexées, ne vous inquiétez pas – vos développeurs peuvent vous aider. Demandez-leur d’ajouter une formule de réécriture à un fichier connu sous le nom de fichier.htaccess pour créer automatiquement des URL en minuscules majuscules.

Modificateurs géographiques dans les URLs

Certains propriétaires d’entreprises locales omettent les termes géographiques qui décrivent leur emplacement physique ou leur zone de service parce qu’ils croient que les moteurs de recherche peuvent s’en rendre compte par eux-mêmes. Au contraire, il est essentiel que le contenu des sites Web des entreprises locales, les URL et les autres ressources sur place mentionnent spécifiquement les noms des villes, des quartiers et d’autres descripteurs régionaux. Permettez aux consommateurs et aux moteurs de recherche de savoir exactement où vous êtes et où vous servez, plutôt que de dépendre uniquement de votre emplacement physique.

Protocoles : HTTP vs HTTPS

Un protocole est celui “http” ou “https” qui précède votre nom de domaine. Google recommande que tous les sites Web aient un protocole sécurisé (le “s” dans “https” signifie “sécurisé”). Pour vous assurer que vos URLs utilisent le protocole https:// au lieu de http://, vous devez obtenir un certificat SSL (Secure Sockets Layer). Les certificats SSL sont utilisés pour crypter les données. Ils veillent à ce que toutes les données transmises entre le serveur Web et le navigateur du chercheur restent privées. Depuis juillet 2018, Google Chrome affiche ” non sécurisé ” pour tous les sites HTTP, ce qui pourrait donner l’impression que ces sites ne sont pas dignes de confiance pour les visiteurs et les amener à quitter le site.

 

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, félicitations pour avoir dépassé la moitié du Guide du débutant pour le référencement ! Jusqu’à présent, nous avons appris comment les moteurs de recherche parcourent, indexent et classent le contenu, comment trouver des opportunités de mots-clés à cibler, et maintenant, vous connaissez les stratégies de référencement à la page qui peuvent aider vos pages à se trouver. Ensuite, bouclez votre ceinture, car nous allons plonger dans le monde passionnant du référencement technique au chapitre 5 !

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*